Imprimer

DER BÄR - L'OURS

Nom de la troupe  

Theater Muntanellas

 

 

Site internet   www.muntanellas.ch    
Contact   Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
         
Auteur   Anton Tchékov (1860-1904)    
         
Distribution   Elena Ivanovna Popova   Lucretia Sigron
    Grégory Stépanovitch Smirnoff   Martin Schulthess
         
Mise en scène   Philipp Lenz    

 

Résumé de la pièce

Der Einakter wurde vom Autor selbst als „Scherz“ bezeichnet.

Er spielt in einem Salon eines Gutshofes im Russland des 19.Jahrhundert.

Die Witwe Popówa trauert seit sieben Monaten ihrem verstorbenen Gatten nach. Isoliert von allem, verfällt sie in Selbstmitleid.

Nur der Diener Luká darf in ihrer Nähe sein. Da erscheint grobschlächtig und taktlos ein Gläubiger ihres Gatten, Smirnóff der „Bär“, um alte Schulden einzutreiben. Die trauernde Lady und der in Beziehungsfragen grandios unbegabte Gutsbesitzer lehnen einander von Beginn an ab, es entsteht Streit, ufert in Ärger und Wut aus, treibt die Kontrahenten bis zum Pistolenduell. Doch Amor sorgt in der Zwischenzeit für beiderseitigen Sinneswandel, denn obwohl Smirnóff schon zwölf Frauen sitzenliess und von neun hintergangen wurde: so eine wie Popówa hat er noch nicht kennen gelernt! Ein langdauernder Kuss, gegen den sich Popówa nur mehr der Form halber wehrt, hilft die Versöhnung zu besiegeln.

 


 

La pièce en un acte a été qualifiée par l’auteur lui-même de « farce ».

L’action se déroule dans le salon d’un domaine propriété foncier dans la Russie du 19ème siècle.

La veuve Popova est en deuil de son mari depuis 7 mois. Isolée du monde, elle se complait dans l’apitoyement de soi. Seul le valet Louca est autorisé à rester à ses côtés.

Se présente un jour un créancier de son mari, Smirnov – l’ours – homme grossier et dénué de tact, pour récupérer son dû. La dame en deuil et le propriétaire foncier pour le moins peu doué en matière relationnelle vont d’emblée s’opposer. La querelle va dégénérer en colère noire jusqu’à pousser les protagonistes au duel au pistolet. Et pourtant, le dieu Amour opère sournoisement chez les deux un changement d’état d’esprit. Car, bien que Smirnov ait déjà quitté douze femmes et été trompé par neuf, il n’avait jamais vu une créature comme la Popova. Un long, très long baiser auquel la Popova n’oppose qu’une résistance de convenance va  sceller la réconciliation.